En ces rudes moments d’incertitude,
Puisses-tu me pardonner la peine que je te fais
Et ces ignobles bouffées d’inquiétude
Que, par ma négligence, j’ai ainsi provoquées !

Moi qui, si ardemment, défends la vérité,
Comment ai-je pu m’enferrer dans ce mensonge
Sous prétexte de ne surtout pas t’alarmer ?
Ce choix idiot, irrémédiablement, me ronge !

J’ai ainsi, lâchement, notre avenir engagé,
Espérant le miracle, confiant en mon étoile,
M’efforçant de croire que ma seule volonté
Suffirait aisément à triompher du mal !

Le pouvoir de mes mains, ma détermination
À résister au pire et ma ténacité
N’auront hélas pas remplacé l’intervention !
Et cruelle sera l’attente de la vérité…


© Robert Gastaud – 17 mars 2008